fbpx

Les croyances limitantes : comment s’en défaire ?

par Mai 18, 20210 commentaires

Attention ! Tu es sûrement au courant, mais je préfère préciser : ici, « croyances » n’est pas à prendre au sens strictement religieux du terme.
Je ne vais pas te parler d’une croyance en particulier, mais de toutes les idées qui sont devenues pour toi des convictions profondes.

De ces pensées qui ont forgé ta personnalité au fil du temps, et qui t’empêchent souvent de voir ce qu’il y a véritablement au plus profond de toi.
Ces pensées dont tu aimerais te débarrasser, alors même que tu n’as pas forcément conscience de l’étendue de leur existence et de leur influence sur ta vie.

Tu entendras dire qu’il y a deux types de croyances : celles qui te motivent, et celles qui te limitent.
Mais pour moi, par définition, toute croyance est limitante. Je t’expliquerai mon point de vue un peu plus loin. Tu verras si ça sonne juste pour toi, ou pas.

Je te propose les axes d’exploration suivants :

  1. Tes croyances ne viennent pas de toi
  2. Une croyance est un carcan
  3. Comment reconnaître une croyance qui te bloque ?
  4. Te défaire de tes croyances

Oui, je vais encore te bousculer et mettre à mal un bon paquet d’idées préconçues. Pas pour me la jouer ou pour foutre délibérément le bordel dans ta vie.

Juste pour que tu adoptes le réflexe de te poser les vraies questions. Pour que tu te sentes libre de penser par toi-même.

L’étape suivante, n’hésite pas à la franchir avec moi. Parce que j’ai l’habitude de ce genre de décodage, et parce que c’est toujours plus facile quand tu as avec toi une personne bienveillante qui te respectera toujours, quels que soient tes choix.

Tes croyances ne viennent pas de toi

Personne ne naît avec des croyances

Tes croyances, peu importe leur nature, tu les as construites toi-même ou on te les a inculquées. Toutes, sans exception.

Tu es venu(e) au monde avec une seule chose : l’instinct de survie. Le reste, c’est de la construction. Survivre, c’est ce à quoi tu reviendras toujours si tout se casse la gueule autour de toi.

Tes croyances ne sont ni plus ni moins que le fruit d’expériences : les tiennes, et celles des autres.
Toi, moi, ceux qui nous entourent : nous sommes tous la somme des expériences des gens que nous rencontrons et de nos propres expérimentations.

Tu as connu plusieurs échecs amoureux, alors tu en as conclu que l’amour, c’est compliqué.
Tu as vu ton père s’escrimer toute sa vie pour gagner de quoi vous faire vivre, toi et ta famille, alors tu en as conclu que dans la vie, il faut travailler dur pour y arriver.
Tu t’es retrouvée seule à élever tes deux enfants en bas âge, donc tu es persuadée qu’on ne peut pas compter sur les hommes.
Ton cousin s’est fait agresser à New York, donc pour toi, vivre en ville — surtout aux États-Unis — c’est dangereux.

Ce que tu as vécu et ce que les autres ont traversé autour de toi : c’est ça qui a forgé le réseau de tes croyances.

Enfant qui sera limité par des croyances limitantes

Toute croyance est limitante

Toutes les croyances sont limitantes comme des barrières pour atteindre ses objectifs

Je te l’ai dit, en général on parle de croyances motivantes et de croyances limitantes.
Mais pour moi, une croyance est forcément limitante, puisqu’elle t’amène à avoir une certitude qui limite ta façon d’appréhender les choses.

Si tu as des certitudes, tu te coupes automatiquement de la vision des autres.
Tu l’as sûrement vécu : c’est très difficile d’adopter un point de vue différent quand tu es sûr(e) de tes idées.

C’est pour ça qu’à mon sens, parler de « croyance limitante », c’est un pléonasme. Puisque ta croyance limite ton champ des possibles, de fait, elle est limitante.

Même les croyances qu’on dit « motivantes » peuvent poser problème, finalement.
Prenons un exemple qui paraît très positif : mettons que ta croyance, c’est que tout est possible. Tu vas me dire que cette certitude te permet d’entreprendre ce que tu veux sans frein, pas vrai ? Eh bien oui, d’une certaine façon. Mais cette croyance te prépare-t-elle à l’éventualité d’un échec ? Je n’en suis pas sûr…

Tu vois ce que je veux dire ?
Toute croyance est une délimitation du réel, dans un sens ou dans un autre.

Définir d’où viennent tes croyances

Warning, terrain miné !
Ne crois pas que ce soit si simple, de déterminer ce qui t’appartient et ce qui te vient d’ailleurs.
C’est un travail qui peut être long et douloureux.
Certaines croyances sont bien ancrées et reposent sur des bases plus ou moins saines.

Te lancer seul(e) dans cette quête, c’est périlleux.
Je te conseille de te faire accompagner pour ça. Par moi, par exemple ;).
Tu peux me faire confiance, décoder les croyances, ça me connaît ! Je le fais régulièrement dans mes ateliers ou en accompagnement individuel.

Carte pour retrouver les origines de ses croyances limitantes

Une croyance est un carcan

Les croyances limitantes sont un véritables carcan pour évoluer dans ta vie

Tu te sers de tes croyances pour te justifier

Ose me dire que tu ne t’es jamais caché(e) derrière tes croyances pour mettre fin à une discussion : « Oui, mais ça, ce sont mes valeurs ». Moi, en tout cas, je l’ai fait. Et il m’arrive encore de le faire.

Souvent, c’est ce que tu vas dire parce que tu ne veux pas changer (ou que tu ne peux pas, à ce moment-là, pour x raisons). Parce que tu veux te raccrocher à ce que tu connais et que tu crois maîtriser. C’est une forme de protection. Tu verrouilles tes pensées.

Tu te réfugies derrière un faisceau de pensées que tu nommes « valeurs » pour que personne ne se sente le droit de venir y toucher.

Tes croyances limitent ton évolution

Dans mon référentiel, ce sont tes croyances qui définissent les limites de ton évolution.

Je vais prendre un cas concret : si pour toi, la réussite c’est d’avoir une famille avec deux enfants, une fois que tu en es là, qu’est-ce qu’il te reste à accomplir ? Tu penses que ta vie s’arrête là ? Que tu as fait « ton job » et que ça y est, c’est fini ? Circulez, y a plus rien à voir ?

Tu ne t’es jamais dit que si on était sur Terre uniquement pour faire des enfants, on aurait tous eu des gosses à treize ans ?
Pourtant, je pourrais jurer que quand tu étais enfant ou ado, tu avais des rêves, des projets, des espoirs… Je me trompe ?

Comment reconnaître tes croyances ?

Tu suis la tendance générale

Une fois n’est pas coutume, on va parler politique, tiens !
Tu n’as qu’à écouter le discours de certains partis ou groupuscules sur les immigrés, par exemple. Bourré d’idées reçues et de généralités, détournées et déformées pour les faire coller à une idéologie.
On relate des cas de cambriolage perpétrés par des étrangers ? Faisons de tous les ressortissants d’autres pays des voleurs ! Une jeune femme se fait violer par un homme d’origine étrangère ? On vous avait bien dit que c’était tous des criminels en puissance et qu’il fallait les renvoyer chez eux !

Eh bien voilà, si tu adhères à des idées générales sans avoir toi-même expérimenté ce dont on te parle, c’est que tu es en train de te laisser piéger par une croyance.

Je te rassure, c’est très facile de tomber dans le piège de l’endoctrinement. Certains orateurs ont un talent de persuasion indéniable, et ceux qui mêlent habilement psychologie et marketing sont là pour enfoncer le clou.

Je ne suis pas là pour te pointer du doigt si tu cautionnes telle ou telle idée. Mais es-tu seulement sûr(e) que cette idée est bien la tienne ?

Suivre la tendances fait partie des signes des croyances limitantes

Tu tiens à tes convictions

Du moment que tu défends bec et ongles une idée et que tu ne te laisses atteindre par aucun argument, c’est que tu es face à une de tes croyances.
Tes croyances t’empêchent de te remettre en question.
J’ai rarement vu quelqu’un changer d’avis sur la base de simples arguments techniques, d’ailleurs.

Si tu mets face à face un mangeur de viande et un végétarien, tu vas voir le carnage !
Chacun ira de ses références, les deux auront des documentaires plus polémiques les uns que les autres à se montrer pour essayer de se convaincre mutuellement, et ce sera l’impasse.

Le premier démontrera par A+B à l’autre qu’il suit un régime à base de viande et d’abats crus depuis des mois et qu’il n’a jamais été aussi en forme de toute sa vie. L’autre, sans même prendre le temps de s’intéresser aux arguments opposés, sortira ses dernières analyses sanguines, qui prouvent qu’arrêter les produits d’origine animale ont stoppé son cancer.

L’un évoquera les carences inévitables d’un régime dépourvu de viande, quand l’autre brandira l’étendard de la protection de l’environnement. Le carnivore voudra lutter contre la fonte de sa masse musculaire, et le mangeur de graines dira que lui, c’est contre la souffrance animale, qu’il lutte.
Et caetera, et caeter.

Chacun restera bloqué dans sa croyance et sera sourd à tout ce qui ne la rejoint pas.
Et le fait est que la science n’a pas encore assez de recul pour se placer d’un côté ou de l’autre.
Souviens-toi des études scientifiques des années 50, qui démontraient que fumer était bon pour la santé…
Voilà. Fin du débat (qui n’a pas vraiment eu lieu).

Te défaire de tes croyances

1° Fréquente des personnes animées de croyances différentes des tiennes

S'entourer de personnes différentes aide à se défaire des croyances limitantes

Tu t’entoures souvent de gens qui pensent comme toi : tu n’as jamais remarqué ça ?
Et puis après, tu te retrouves aux repas de famille à essayer de convaincreton cousin Gérald — qui en est à sa troisième part de moka au café — d’arrêter le sucre, parce que tu es convaincu(e) qu’il n’y a que ça qui peut sauver son pancréas.

Grave erreur. Tout ce que tu provoques, c’est une confrontation entre deux croyances limitantes. C’est comme l’histoire du viandard et du mangeur de graines. Même combat stérile.

Quand je te dis de t’entourer de gens qui pensent différemment de toi, je te parle de faire une vraie place à l’altérité. D’accueillir l’autre et ses croyances sans jugement, dans l’ouverture. Avec même dans l’idée que ça pourrait être fun de te laisser convaincre, pour voir.

En acceptant de te mettre dans cet état d’esprit, tu n’es plus dans la confrontation, mais dans la rencontre.

2° Dépasse tes croyances en expérimentant !

Femme se dépassant pour atteindre ses objectifs

Tu es persuadé(e) que si tu fais de la chute libre, ton cœur va s’arrêter.
OK. Je te prouve le contraire quand tu veux. Viens, je saute même avec toi si ça peut t’aider ! Et tu verras qu’une fois au sol, au lieu de commencer à préparer tes funérailles, je serai là pour te payer un verre.

Je prends les paris : une fois que tu auras tenté l’expérience et que tu verras que cette histoire d’arrêt cardiaque c’était dans ta tête, tu vas trouver ça tellement génial que tu conseilleras à tout le monde d’en faire autant !

Pour reprendre notre exemple précédent à propos des régimes alimentaires, la seule chose qui pourrait réconcilier le carnivore et le végétarien, c’est d’échanger les rôles et d’expérimenter. Là, le dialogue redeviendrait possible.

Ou bien, si tu préfères qu’on arrête de parler de bouffe, imaginons que tu sois absolument contre l’utilisation des écrans en fin de journée, alors que ta sœur se gave de films tous les soirs.

Et si vous organisiez une semaine test ? Un soir vous regardez un film ensemble, et le lendemain tu lui fais découvrir tes meilleurs bouquins ou tu l’inities à tes jeux de société préférés. Et vous alternez comme ça, un soir sur deux.
Ta sœur va découvrir des choses, mais toi aussi… Tu verras où en est ta croyance après l’expérience !

3° Laisse tomber la mauvaise foi !

Eh oui, c’est facile de faire de l’autosuggestion ! « Oh là là, j’ai mangé de la viande, maintenant j’ai tellement mal au ventre ! », ou au contraire : « Bon sang, j’ai eu une diarrhée pas possible cette nuit à cause de cette fichue salade qu’on m’a forcé(e) à ingurgiter au dîner ! »

Ton cerveau contrôle ton corps. Si tu induis une réaction, tu peux être quasiment certain(e) qu’elle va se produire. Mais c’est TOI qui l’auras provoquée, pas ce que tu auras bu ou mangé.

Ou alors tu ne ressens pas vraiment ces effets mais tu jures que si, pour satisfaire ton ego et lui faire croire que c’est lui qui a raison. Et par la même occasion, ça t’évite de perdre la face devant les autres.

Bref, la mauvaise foi est la meilleure amie de ta croyance, puisqu’elle l’entretient directement.
Elle empêche d’ouvrir ton esprit à d’autres formes de croyances, donc à d’autres styles de vie.

4° Assume tes choix !

Le régime végétalien te convient et te satisfait ? Eh bien, dis simplement que tu fais ça parce que tu en as envie, pas parce que tu adhères à telle ou telle théorie !

Tu sais, j’ai passé un an sans boire une goutte d’alcool. Comme ça, pour expérimenter. Et maintenant je peux témoigner de ce que ça a changé pour moi dans ma vie à ce moment-là.
Mais tu n’imagines pas le nombre de commentaires que ça m’a valu ! J’avais tout le temps l’impression que je devais me justifier… Et encore je ne suis pas une femme, on ne m’a pas sorti à tout bout de champ : « Toi, tu es enceinte » !

Aujourd’hui, je ne suis plus abstinent. Pourquoi ? Parce qu’il m’est apparu que si je restais dans cette forme d’extrémisme, je me fermais à de nouvelles possibilités. J’ai vu que je me limitais tout seul. Point.
Et pendant cette période où je ne buvais plus, à aucun moment je n’ai essayé de convertir qui que ce soit. C’était entre moi et moi. Je ne cherchais pas à faire des adeptes.

Donc, n’aie pas peur d’avoir des idées et des pensées originales. Suis un raisonnement qui n’appartient qu’à toi et qui te fera te sentir bien… parce qu’il est fait pour TOI.
Je ne dis pas que tu te sentiras à l’aise tout le temps, ce serait te mentir, parce que penser à contre-courant ça n’a rien de confortable, on le sait tous les deux. Mais au moins, tu seras profondément aligné avec ce que tu es, et c’est l’essentiel.

Femme face à ses propres choix et ses croyances limitantes

Soyons clairs : je ne te demande pas d’abandonner une croyance pour en épouser directement une autre !
En fait, je ne te demande rien du tout. Tu n’es pas obligé(e) de sortir de tes croyances. Si elles t’aident à vivre, tant mieux pour toi !
Qui te demande de te forcer à manger des gâteaux à la pistache si tu es persuadé(e) de détester ça, hein ? Personne. Bon, moi j’essaie de le faire, mais c’est parce que j’ai vraiment envie de finir par aimer ça, ça me regarde. Parce qu’on est bien d’accord : on peut vivre sans pistache !

Ce que je t’invite à faire, c’est à cibler les croyances qui t’empêchent réellement de vivre pleinement ta vie. Ne t’attaque qu’à celles-là, dans un premier temps en tout cas. Après, tu feras bien ce que tu voudras avec les autres. Si tu mènes une vie heureuse et épanouie avec, je n’ai rien à dire là-dessus, et personne d’autre non plus.

Si une croyance (ou plusieurs) s’immisce dans ton couple et menace de le faire exploser, là, par contre, tu peux avoir envie de t’en débarrasser rapidement. Ou de voir l’autre s’en défaire, si c’est ce qu’il (ou elle) pense qui te pose un problème.
Mais je te le redis : l’identifier c’est déjà très bien, ne cherche pas à tout résoudre dans ton coin !
Demande-moi de l’aide, que ce soit pour t’accompagner toi personnellement ou pour faire de la médiation entre toi et ton (ou ta) partenaire.

Je ne cesserai jamais de te le rappeler : je suis là pour toi.
Je n’attends qu’un mot de ta part pour qu’on fasse équipe, tous les deux.

Parole d’expérimentateur.

N’hésite pas à me solliciter, ou à me laisser un petit mot pour me dire ce que tu penses du sujet, ça me fera plaisir et ça nous fera grandir tous les deux. Allez, bonne(s) expérimentation(s) à toi, et à bientôt !

Et surtout, n’oublie pas de Choisir pour Egsyster.

Si tu souhaites plus d'expérimentations toutes les deux semaines pour trouver TA définition du bonheur en changeant ta vie, abonne-toi à la newsletter "l'inspiration vers le bonheur"! 👇🏻👇🏻👇🏻

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Change de vie en trouvant TA définition du bonheur

Rejoins la communauté en t'inscrivant à ma newsletter pour changer ta vie en trouvant TA définition du bonheur

Merci pour ton inscription 😊 Tu vas recevoir un e-mail très prochainement. Si tu ne vois rien dans ta boite, vérifie dans tes spams.

Pin It on Pinterest

Share This