fbpx

Booster son estime de soi :

C’est quoi, l’estime de soi ? Tout simplement l’image qu’on a de soi. C’est la façon dont on se voit, qu’elle soit « top nickel », passable ou complètement pourrie. On pourrait se dire que si tu t’intéresses à cette question, c’est que tu te places forcément dans la dernière catégorie… Pas si sûr ! On peut se sentir très sûr de soi sans pour autant avoir une estime de soi JUSTE. On en reparle plus loin, tu verras.

L’estime que tu as de toi-même fait référence à tout ce qui touche à ton image : tes caractéristiques physiques (à quoi tu ressembles, en gros), ton intelligence (tes facultés de compréhension), tes connaissances (ce que tu sais), tes compétences (ce que tu sais faire), etc.

Le problème majeur, c’est que cette image, tu la vois à travers un prisme déformant : celui de la conformité sociale. En clair : tu passes ton temps à te comparer aux autres. J’ai vu juste ?

Lire plusPlus d'articles

Je te propose quelques pistes pour faire remonter le baromètre de l’estime chez toi :

  1. Si tu ne t’aimes pas, comment veux-tu avoir de l’estime pour toi ?
  2. Crois en toi, personne ne peut le faire à ta place !
  3. Attention à ceux qui sapent ton estime !
  4. Fixe-toi des objectifs pour avancer !
  5. S’estimer à sa juste valeur : une question d’équilibre.
  6. Entoure-toi de gens qui ne sont pas comme toi !
  7. Apprends à te connaître !
  8. Aide les autres !

Si ça te dit, on va aller explorer ces pistes ensemble. Ce que je partage avec toi, c’est le résultat de nombreuses années d’analyse et d’expérimentations sur le sujet. Ce n’est ni un guide pratique ni un mode d’emploi : tu es libre de piocher ici ce que tu veux ou rien du tout, c’est toi qui vois ! Je suis d’ailleurs toujours ouvert à la discussion, tu peux m’envoyer un petit message et je serai ravi d’en parler avec toi.

Si tu ne t’aimes pas, comment veux-tu avoir de l’estime pour toi ?

Miroir, mon beau miroir…

Femme ayant peu d'estime de soi devant le miroir...

Peu importe que tu sois grande, petite, fine ou bien charpentée : quand tu te regardes dans le miroir, est-ce que tu aimes ce que tu vois?
Si la première chose que tu te dis, c’est que tu aimerais changer ton nez, raboter tes épaules ou avoir les seins qui remontent, alors c’est que tu ne t’aimes pas comme tu es.
C’est dommage, parce que CE nez, CES épaules, CES seins : c’est TOI.

Tu es TOI, et c’est merveilleux !

Quand tu interagis avec les autres, tu te dis souvent que tes interventions sont nulles ? Que tu n’as pas l’intelligence de ton frère ou de ta collègue de bureau ?
C’est dommage aussi, parce que tu passes à côté de l’originalité de tes propres idées, qui sont UNIQUES.

En famille, tu te reproches sans arrêt de ne pas avoir assez de patience, de ne pas cuisiner comme ta grand-mère, de ne pas être un as du bricolage, de ne pas être capable de faire le TikTok challenge #faislemove qui rendrait ta fille tellement fière de toi…
Et si tu jetais toutes ces pensées dévalorisantes aux orties ? Si tu prenais plutôt conscience de tout ce que tu sais faire et de ce que ta simple présence apporte aux autres ?

Parce que s’accepter, c’est la base de l’estime de soi.
On aura beau te faire tous les compliments de la Terre, si tu n’aimes pas profondément ce que tu es, personne n’arrivera à te donner l’estime qui te manque. Ça ne peut venir que de toi.

Jeune femme unique qui a de l'estime pour elle même

Crois en toi, personne ne peut le faire à ta place !

Jeune femme ayant confiance en elle

Une fois que tu as bien compris que s’aimer, c’est le fondement de tout et que tu n’as rien à attendre de l’extérieur à ce niveau-là, pose-toi cette question : « est-ce que je crois en moi ? »

Ça non plus, ça ne viendra ni de ta mère, ni de ton boss, ni de ta meilleure amie : quand tu entreprends quelque chose, un des secrets de la réussite, c’est d’être intimement convaincu(e) que tu peux le faire !

Si tu veux avoir une bonne estime de toi, le minimum que tu puisses faire c’est de te faire confiance. Alors, répète après moi : Yes, I can !

Tu veux devenir ingénieure, mais tu n’as jamais été douée à l’école ? Ce n’est pas grave : si tu y crois, tu peux te donner les moyens de le faire !

Tu te rêves coiffeur dans une famille où on ne jure que par le métier de médecin ou celui d’avocat ? Si tu crois en toi et que tu penses que tu es fait pour ça, rien ne pourra t’arrêter !

Tu as des ailes, même si tu ne les vois pas. Déploie-les !

Attention à ceux qui sapent ton estime !

Apprends à reconnaître une relation toxique

Jeune homme mal entouré qui perd son estime de soi

Une fois encore, le piège c’est de chercher chez l’autre ce que tu ne peux trouver que chez toi.

Je m’explique. Mettons que tu te sentes dans une sorte d’insécurité permanente. Tu aimerais avancer dans la vie avec assurance, mais tu doutes, tu hésites, tu n’es pas sûr(e) de toi.

Au lieu d’aller chercher en toi les ressources qui te permettront de gagner en confiance (mais oui, tu les as), il y a de grandes chances pour que tu commences à t’entourer de personnes qui te donnent une illusion de solidité.
Dans ta famille, tu vas aller chercher la validation de ton père ou de ta grande sœur, qui ont toujours un avis très tranché sur les choses et qui te rassurent.
Dans ton couple, tu vas choisir un ou une partenaire au caractère bien trempé, dynamique, qui ne jure que par l’action et qui te donne l’impression que la vie est simple.

Progressivement, tu te laisses « driver ». Tu abandonnes ton propre pouvoir parce que tu te dis que dans le fond, d’autres savent mieux que toi ce qui est bon pour toi. Ils sont tous tellement convaincants, dans le rôle du roc à toute épreuve !

Compte d’abord sur tes propres forces !

Attention à toi. Tu risques d’entrer dans un système de relations toxiques : si tu attends que les autres comblent un manque chez toi, tu vas être très déçu(e).
Ce que tu risques ? C’est simple : que ça empire. Sans le vouloir, certaines de ces personnes vont renforcer chez toi ce sentiment d’incertitude et de flottement. Tu vas te reposer de plus en plus sur elles et les laisser te faire croire que tu ne peux pas t’en sortir par toi-même.

Tu peux te perdre complètement, avec des gens comme ça. Et le jour où tu te réveilles, où tu te dis que ta vie t’a échappé, c’est violent.

Jeune homme s'estimant en comptant que sur lui même

Fixe-toi des objectifs pour avancer !

Des objectifs atteignables

Tu sais ce qui est imparable, pour renforcer l’estime de soi ? La réussite.
Quand tu réussis, tu es content(e) de toi, ça te redonne confiance, tu es reboosté(e) à bloc !

Tu veux avoir régulièrement des raisons d’être satisfait(e) de toi-même ? Fixe-toi des objectifs ! Des objectifs atteignables, évidemment.

Si tu te lèves un matin en prenant la décision de devenir psychologue et que tu te lamentes de ne pas avoir ton propre cabinet six mois après, c’est que tu as raté des paliers.

Même chose si tu rêves de voler (avec un avion, hein, pas en mode Icare avec ses ailes qui fondent au soleil). Tu vas d’abord travailler pour obtenir ton brevet de pilote privé. Après, si tu veux passer pro, tu vas bosser pour avoir ta qualification de vol de nuit, etc. Tu ne seras pas Amelia Earhart ou Charles Lindbergh en trois jours !

De petites victoires personnelles

Tu peux aussi, dans ton quotidien, te fixer de petits objectifs qui vont faire du bien à ton moral : marcher trente minutes avant de te remettre au boulot l’après-midi pour recommencer à pratiquer une activité physique, entamer cette formation en ligne que tu repousses depuis des mois et t’y consacrer un petit moment chaque jour, ranger ton garage pour retrouver ta tondeuse sous la pile de vieux cartons…

Quelle que soit la nature de ton objectif ou le délai que tu t’es fixé, ce qui compte c’est que tes petites victoires personnelles te motivent et qu’elles activent ta joie et ta confiance.

Femme ayant accomplie une victoire personnelle pour rebooster son estime de soi

Tu as droit à l’erreur !

Et là encore, il n’y a pas de honte à se tromper. Si tu t’aperçois, avec la pratique, que tes études pour devenir éducatrice de jeunes enfants ne te correspondent finalement pas, alors change de voie ! Surtout, n’essaie pas de faire comme la voisine parce que tu la trouves cool et que tu voudrais lui ressembler ! Elle a sa vie, tu as la tienne, vos talents sont différents, votre façon d’être l’est sûrement tout autant : chacune ses objectifs.

S’estimer à sa juste valeur : une question d’équilibre

Tes deux ennemis

Avoir une bonne estime de soi, c’est avoir une JUSTE estime de soi.
Ce n’est donc ni se surestimer ni se sous-estimer.

Ce sont ces deux ennemis, qui t’attendent au tournant.
Selon ta façon d’être, de réagir aux événements et de te percevoir, tu devras affronter plutôt l’un ou l’autre. Je suppose que tu sais lequel.

Les vertus de l’échec

Si tu as tendance à te surestimer, ton meilleur ami, c’est l’échec.
Concrètement, je vais prendre mon parcours comme exemple. J’ai monté une douzaine d’entreprises, j’ai réussi dans les affaires, mais sur le chemin j’ai eu autant d’épines que de roses !
J’ai eu de belles intuitions, j’ai su saisir des opportunités incroyables, mais je me suis planté, aussi. Souvent. Très souvent. Et chaque fois, ça a été pour moi l’occasion de me remettre en question, d’évoluer et de remonter en selle avec un bagage encore plus riche.
Si j’étais allé de succès en succès, sur une courbe ascendante parfaite, je me serais mis à vivre dans un monde fictif, une illusion. Ça m’aurait déconnecté de la réalité et ça m’aurait coupé de moi-même.

Bien sûr, si tu ne réussis rien, si tu ne fais qu’enchaîner les échecs, le niveau d’estime que tu as de toi-même sera dans le négatif, c’est clair !
À part si tu es un athlète de haut niveau, un concertiste ou une étoile de ballet, on ne t’a pas conditionné dès l’enfance à t’endurcir en cumulant les chutes et les désillusions ! Enfin, j’espère pour toi.

Jeune femme remettant en question son estime de soi lors d'un échec

Même s’il paraît qu’une réussite peut compenser mille échecs, je m’interroge sur ce que ça produit au bout du compte en profondeur, ces défaites en série…
En même temps, je comprends qu’on puisse tomber dans ce schéma-là : personnellement, j’ai pris de belles taules dans ma vie, et j’ai poussé le vice jusqu’à aimer ça ! Une légère tendance au sadomasochisme qui peut revenir à l’occasion, si tu vois ce que je veux dire…

Être capable de voir ses réussites

Mais si c’est parce que tu as tendance à te sous-estimer ou à être perfectionniste, méfie-toi également de ce que tu appelles « échec » !
Ce n’est pas parce que tout ce que tu fais n’est pas parfait à la virgule près que tu vis une succession d’échecs.
Tu te mets au triathlon, tu commences à évoluer en compétition et tu finis deuxième d’une grande épreuve. Pour toi, c’est une belle réussite ou c’est un échec cuisant ?
Si tu considères que c’est un échec, est-ce que tu es certain(e) que l’objectif visé était le bon ?

De la même façon, quand tu te dévalorises facilement, tu dois apprendre à accepter les compliments, à te satisfaire de ce que tu accomplis et à ne pas toujours voir ce qui a foiré (selon toi) ! Sinon, tu passeras simplement à côté de toutes tes réussites…

Entoure-toi de gens qui ne sont pas comme toi !

Jeunes personnes se mélangeant pour booster leur estime de soi

On a parlé des relations toxiques, tout à l’heure. Mais il y a aussi des gens qui sont différents de toi et qui peuvent t’aider à mieux comprendre ton fonctionnement. Des sortes de miroirs inversés, si tu veux.

Exemple : tu te surestimes et tu rencontres une fille qui n’arrête pas de se critiquer, qui voit toujours d’abord (ou seulement) ce qu’elle rate et qui se trouve tous les défauts de la Terre.
Tu vas trouver ça fatigant. Incompréhensible. Ridicule, peut-être. À certains moments ça va te faire sourire, et à d’autres ça te donnera envie de hurler.
Mais ça va surtout te permettre de déterminer où tu veux te situer. De trouver TON juste milieu entre l’excès de confiance et le self-bashing perpétuel.

En t’entourant de personnes avec des profils à l’opposé du tien, tu vas apprendre à te positionner. À comprendre quel est le mode de fonctionnement approprié pour toi.

Aide les autres !

Donner te valorise à tes propres yeux

J’ai remarqué que je me sentais toujours mieux, plus confiant, plus « content de moi », quand je venais d’aider quelqu’un.

Ça peut être un truc tout bête : ton voisin ne sait pas comment tailler sa haie, et tu vas lui donner un coup de main. Une amie ne trouve pas comment s’organiser pour se rendre à un rendez-vous et tu lui gardes ses enfants. Tu te dis que tu as des facilités en informatique et que tu pourrais rejoindre une association qui donne des cours à des seniors pour leur apprendre à se servir d’un ordinateur et à surfer sur Internet.

Tu as déjà fait ça ? Tu as remarqué comme tu te sentais bien, après ?
Si c’est un pas que tu n’as jamais osé franchir, vas-y ! C’est bon pour toi, bon pour les autres : tout le monde est gagnant !

La tentation d’enfiler le costume du Sauveur

Par contre, j’entends d’ici M. ou Mme Perfectionniste, les extrémistes en tout ! Ils sont déjà sur Internet en train de voir comment ils vont pouvoir s’organiser pour aller passer six mois au Brésil pour aider les enfants des bidonvilles ! Si ça se trouve, à l’heure où je te parle, ils écrivent leur lettre de démission pour s’engager définitivement dans l’humanitaire…
J’ai dit AIDER les autres, pas vouloir SAUVER le monde !

Là encore, c’est une question d’équilibre. Se prendre pour un sauveur, c’est carrément périlleux. Tu retombes direct dans un système de relations toxiques, avec des victimes, des héros, bref, pas du tout ce qu’on cherche là.

Apprends à te connaître !

L’honnêteté, sans concession

Un homme heureux parce qu'il est honnête

L’honnêteté, c’est quelque chose dont on a déjà parlé.
Mais je vais remettre le couvert, parce que c’est une notion fondamentale quand il est question de modifier la perception qu’on a de soi.

Tu as du mal à t’avouer que tu es paresseux, colérique ou susceptible ? Normal. Ça ne fait pas forcément plaisir.

À l’inverse, tu n’arrives pas à te dire clairement que oui, tu es quelqu’un d’altruiste, que les gens apprécient ta capacité d’écoute ou ton indépendance d’esprit ? C’est pourtant bien vu, en général !

Et même  si certains traits de ton caractère ne sont pas « socialement acceptables », franchement, on s’en tape !
Si toi tu ne les acceptes pas, sans te juger, tu continueras à te voiler la face et à te raconter des mensonges au lieu d’être lucide et d’avancer dans TON sens.

On est d’accord, c’est plus facile de reconnaître qu’on est loyal et énergique, que d’admettre qu’on a un fort penchant pour l’alcool, la drogue, le sexe ou la bouffe.
Pour le coup, ce serait malhonnête de ma part de prétendre le contraire ! Encore un truc que tu peux partager avec moi, si tu en as envie, parce que des addictions, j’en ai connu, dans ma vie ! Parfois, certaines reviennent me faire de l’œil (ô surprise, je suis un être humain !). À d’autres moments, je replonge complètement et il peut me falloir plus de temps qu’avant pour m’en sortir. Mais au moins, j’ai conscience que ces bugs dans mon système existent et que s’ils se manifestent à nouveau, c’est pour une bonne raison.

La puissance du non-jugement

Imagine que tu as un enfant, un ado. Un jour, tu le retrouves dans sa chambre en train de fumer un énorme cigare. Comme ça, sans préavis. Ta réaction va avoir un impact sur l’estime qu’il a de lui-même, ça, je te le garantis.

Mère qui gronde ses enfants, ce qui n'est pas propice au développement de l'estime de soi.

Réaction 1
Prévisible, conforme à ce qu’on attend de toi dans ton rôle de parent : tu lui passes un savon, tu lui dis qu’il vient de détruire la confiance que tu avais placée en lui, et à chaque repas de famille, tu sors une petite phrase bien sentie pour le ridiculiser et lui faire comprendre qu’il a mal agi.

Mère qui explique à son enfant pour développer l'estime de soi

Réaction 2
Moins évidente, mais tellement plus productive : tu t’assois avec lui, tu lui parles de ce que tu ressens (ta surprise, ton incompréhension, ta peur) et tu lui expliques les méfaits du tabac sur ses jeunes poumons, sans le sermonner ni le culpabiliser. Tu as une discussion d’égal à égal, tu partages juste avec lui tes connaissances éventuelles et le fruit de tes propres expérimentations. Et tu acceptes qu’il fasse les siennes.

C’est simple, quand tu es dans le jugement : le cycle infernal recommencera, je suis prêt à parier n’importe quoi là-dessus.
Si au contraire, tu es dans l’acceptation de ce qui est, alors tu rends possible la compréhension du mécanisme (de l’addiction, du défaut, etc.). Tu es dans l’ouverture, alors tu permets que s’ouvre une voie d’évolution.

La critique, intérieure ou extérieure, c’est la fermeture, l’enfouissement, le refoulement. C’est la mort.
La bienveillance, c’est l’ouverture, l’écoute, l’autorisation. C’est la vie qui trouve son chemin, en douceur.

Maintenant que je t’ai dit tout ça, s’il fallait que tu retiennes une seule chose, c’est qu’il n’y a pas de règle ! Je ne crois pas en une façon standardisée d’accéder à l’estime de soi. Tout dépend de ce que TU es, de ce que TU vis et de qui TU veux devenir.
Tu te sens perdu(e) avec tout ça ? Dans ta tête c’est confus, embrouillé ? Je peux le comprendre, je suis passé par là.
Mais tu n’es pas seul(e) avec ça. Tu sais, j’ai déjà accompagné plusieurs centaines de personnes dans leur évolution. J’ai aidé beaucoup de gens à y voir plus clair, à s’accepter, à avancer dans la joie et la confiance.
Tu as besoin d’un coup de pouce pour passer à la prochaine étape de ta vie ? Je suis là pour toi, ne l’oublie pas. Alors, si tu as envie de prendre contact avec moi pour qu’on voie ensemble comment je peux te venir en aide, n’hésite pas…

Il se peut aussi que tout ce que je viens de te raconter, ça ne te parle pas.
Si tu penses que je suis à côté de la plaque, n’aie pas peur de me le dire : ça me permettra de confronter MON référentiel à TA vision. Et ne t’en fais pas pour moi, ça ne m’amènera pas à me dévaloriser pour autant. Tu es peut-être juste LA personne qui me fera me remettre en question aujourd’hui ! Et je t’en remercie d’avance…

Parole d’expérimentateur.

N’hésite pas à me laisser un petit mot pour me dire ce que tu penses du sujet, ça me fera plaisir. Allez, bonne(s) expérimentation(s) à toi, et à bientôt !

Et surtout, n’oublie pas de Choisir pour Egsyster.

Si tu souhaites plus d'expérimentations toutes les deux semaines pour trouver TA définition du bonheur en changeant ta vie, abonne-toi à la newsletter "l'inspiration vers le bonheur"! 👇🏻👇🏻👇🏻

Les derniers articles de la catégorie

Leadership

Leadership

Tu as monté une entreprise et tu te poses des questions sur ton rôle de meneur ? Tu gères une équipe et tu voudrais savoir si tu es sur la bonne voie ? Tu as peur de t’y prendre comme un manche avec tes collaborateurs ? Ou alors tu te demandes tout simplement si tu as...

lire plus

404

Oups! Tu es arrivé.e à une impasse ... C'est une page 404 ...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Change de vie en trouvant TA définition du bonheur

Rejoins la communauté en t'inscrivant à ma newsletter pour changer ta vie en trouvant TA définition du bonheur

Merci pour ton inscription 😊 Tu vas recevoir un e-mail très prochainement. Si tu ne vois rien dans ta boite, vérifie dans tes spams.

Pin It on Pinterest

Share This